Une campagne d'information sur le chauffage au bois-bûche performant

La forêt, espace de détente et de loisirs pour l’homme et véritable abri pour la faune, est sujette à plusieurs idées reçues. La plus récurrente évoque une diminution de l’espace forestier d’année en année. Hors, selon l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), en métropole, la superficie forestière progresse de 0,7 % par an, depuis 1980. Aujourd’hui, la forêt en France métropolitaine couvre 16,7 millions d’hectares, soit 30 % du territoire.

Il en est de même dans le département de l’Ain, où 33 % du territoire est couvert par des forêts, soit plus de 200 000 hectares. Ainsi, la forêt est le lieu de production d’une matière première précieuse et renouvelable : le bois.

Utilisé pour la construction, l’ameublement, la fabrication de papier, le bois est aussi une source d’énergie pour le chauffage collectif, domestique et industriel. 55 millions de mètres cubes sont ainsi consommés chaque année. Pour une maison individuelle sur trois en France, le bois est une source de chauffage principal ou d’appoint.

Les chauffages automatiques à bois déchiquetés et granulés sont de plus en plus mis en avant sur le marché des équipements, mais le chauffage individuel aux bûches, sujet de cette publication, absorbe à lui seul 80 % du bois énergie consommé. Hors, le parc de chauffage en fonctionnement comporte encore trop d’appareils peu performants responsables d’émissions polluantes et d’une surconsommation de ressource.

Il est clairement établi qu’un chauffage au bois-bûche avec un combustible de qualité, un appareil performant et une bonne utilisation respecte la qualité de l’air extérieure. Dans sa campagne de sensibilisation à la qualité de l’air, l’association Air Rhône-Alpes indique que 70 % de la pollution extérieure émise en hiver provient d’une mauvaise gestion des chauffages aux bois, contre 12 %  provenant de la circulation.

Outre l’aspect renouvelable de cette énergie, l’avantage du chauffage au bois-bûche est son prix. Selon l’argus de l’AJENA en date de janvier 2017, le coût du kilowattheure est de 0,043 centimes. Ce qui place le bois-bûche sur le podium des énergies les moins coûteuses, seuls le bois-déchiqueté et le soleil sont moins coûteux.

 

 

Le Département de l’Ain dans le cadre de son livre blanc sur la filière bois 2017-2020 mène une action de sensibilisation et de conseil des habitants et d’information des producteurs de bois bûche. Cette action comprend plusieurs volets :

  • Réaliser un état des lieux à l’échelle du département pour mieux connaître le parc d’installations existantes et son impact sur la qualité de l’air dans l’Ain
  • Développer des actions de communication pour sensibiliser tous les acteurs de la filière bois énergie locale : producteurs, vendeurs, acheteurs.